Super-Héroïnes contre les Supers-Vilains

@ Photo de Benoît Bouthillette

Estelle et Marie-Ange sont des élèves de 3e année du Pavillon Louis-St-Laurent, à Compton. À la récréation du matin, elles jouent à cache-cache parmi les arbres du Parc des Lions. Soudain, elles entendent des individus louches chuchoter dans l’une des cabanes du marché public. Estelle et Marie-Ange s’approchent discrètement. Elles regardent à travers une fente dans le bois et voient deux hommes qu’elles trouvent repoussants. Le premier a l’air visqueux et il sent les égouts, tandis que le second est tellement gros que les plis de son ventre débordent de la petite cabane. D’une voix nasillarde, le plus petit parle d’aller commettre un vol de banque tandis que son collègue demande si ça veut dire qu’ils ne pourront pas manger, car il a déjà faim… Estelle et Marie-Ange comprennent que les deux hommes vont tenter de voler la Caisse populaire, fermée en raison des nouveaux trottoirs que la municipalité installe, sur l’heure du dîner…

Lorsque la cloche de l’école annonce la fin de la matinée, les deux amies se précipitent au vestiaire et s’emparent de leurs sacs à dos. Elles se rendent chacune à leur maison pour agripper leur lunch et repartir à toute vitesse en disant qu’elles vont dîner l’une chez l’autre. Elles se retrouvent dans les jardins du Musée où elles fouillent dans leur sac et se changent en… Super-Infirmière et Ultra-Sons !!! Estelle porte un sarrau blanc et un masque de chirurgien tandis Marie-Ange enfile un masque d’opéra et une cape sur laquelle est brodée une immense note de musique. Elles sont prêtes !

En arrivant sur le côté de la Caisse populaire, elles aperçoivent le premier individu, tout gluant, qui se rétrécit et réussit à se faufiler dans la fente du dépôt de nuit. Son complice l’attend à l’entrée, vêtu de sacs à vidanges bruns qui lui donnent l’air d’un gros insecte.

Lorsque, de l’intérieur, l’autre bandit lui fait signe qu’il a débarré la porte, le mastodonte se précipite à toute vitesse dans la porte et se heurte violemment le visage ! PATANG ! Il tombe à la renverse, assommé. Estelle et Marie-Ange se retiennent pour ne pas rire : le bandit n’est peut-être pas assez intelligent pour savoir dans quel sens s’ouvre une porte… Lorsqu’il se relève, sa cagoule est mal ajustée, ce qui l’empêche de voir son ami qui lui tient la porte grande ouverte. Il se rue à nouveau dans l’entrée et, cette fois, écrase complètement son complice qui s’aplatit au sol, comme une crêpe. La flaque de liquide visqueux du bandit coule ensuite sous la seconde porte, qui donne accès aux bureaux de la caisse populaire.

Lorsque le bandit liquide reprend forme de l’autre côté de la porte vitrée et que son ami l’aperçoit, ce dernier se précipite pour l’enserrer dans ses bras. Mais, cette fois, c’est le cadre de porte tout entier qui cède et qui réduit le second voleur en purée. PLOUTCHE !

C’est le moment que les deux intrépides amies choisissent pour intervenir. D’une voix commune, elles pénètrent dans la pièce en disant :

— Attention ! Les héroïnes de Compton sont là ! Rien ne saurait nous arrêter !

Le chef des bandits est encore secoué, mais il répond sur un ton arrogant :

— Et personne ne tient tête à Limace et Hanneton !

Marie-Ange pose solidement le pied au sol et, avec ses pouvoirs d’Ultra-Sons, chante une note si aiguë qu’elle paralyse les deux voleurs. Juste avant de perdre connaissance, Limace éternue et envoie un tas de morve sur Ultra-Sons. Engluée, la super-héroïne ne peut plus chanter.

Le voleur corpulent, les mains sur les oreilles, dit à son chef :

— Elles nous attaquent et nous n’avons même pas fait les présentations…

Alors, le regard rempli de dureté, il fait un pas en direction des jeunes filles et, d’une voix tonitruante, déclare :

— Nous sommes les super-vilains ! Limace, super-intelligent, et Hanneton, super-…

Et avant qu’il ne puisse terminer sa phrase, Estelle tire un rouleau de bandage de l’une des poches de son habit de Super-Infirmière et, d’un seul tir, réussit à emmailloter le puissant voleur qui tombe au sol, ficelé comme une momie !

Limace lance alors une immense bulle gélatineuse qui emprisonne les deux super-héroïnes. Super-Infirmière tire une grande seringue de l’une de ses poches et la plante dans les parois mouvantes. Elle en aspire tout le liquide ! Les amies se libèrent à temps pour voir Hanneton gonfler son ventre et faire exploser ses bandages ! Ultra-Sons se concentre, et d’une voix mélodieuse chante…

— Une berceuse ? se surprend Hanneton.

Le voleur, aussitôt, penche la tête sur le côté et se met à ronfler bruyamment, la bouche ouverte. Limace est lui aussi plongé dans un profond sommeil. Des bulles sortent de ses narines à chaque fois qu’il expire.

À l’extérieur, on entend les sirènes des policiers qui se rapprochent.

Estelle et Marie-Ange courent à la fenêtre de l’un des bureaux du fond et sortent dans la cour arrière, où elles retrouvent leurs vêtements. Elles ont tout juste le temps de se changer et revenir à l’école pour la reprise des cours.

L’après-midi commence avec un examen de mathématiques. Dans le silence de la classe, on entend le ventre d’Estelle et de Marie-Ange qui crient famine. Elles n’ont pas eu le temps de dîner ! Ça amuse leurs compagnons, qui les taquinent. Ils ne savent pas qu’avec leurs super-talents de soigneuse et de musicienne, les deux amies ont mis fin à la carrière de deux dangereux criminels. Estelle et Marie-Ange se regardent et se font un clin d’œil complice. Elles savent que les véritables héroïnes sont souvent anonymes.

À la mémoire d’Estelle Bureau, infirmière communautaire et commissaire scolaire, et de Marie-Ange Vaillancourt-Genest, maître de chorale et fondatrice de la caisse populaire de Compton.

Texte écrit le mardi 30 mai 2017, par les élèves de la classe de 3e année de Madame Geneviève Hallée et de la technicienne en éducation spécialisée Mélanie Breault et sous la supervision de l’auteur Benoît Bouthillette. Auparavant, les élèves avaient écouté les voix d’Estelle Bureau et de Marie-Ange Vaillancourt-Genest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s