Les trois femmes

@ Photo de Dominique Plourde

Le jour tombait, la pénombre s’installait. Au loin, on entendait les coyotes hurler. Trois femmes, une blonde, une brune et une rousse, toutes étrangères l’une de l’autre, quittent l’église où vient d’avoir lieu l’enterrement. Elles se préparent à observer les étoiles. Sur le perron de l’église, aucune étoile, mais plutôt de très, très gros nuages, noirs et menaçants. Inquiètes de la venue d’une tempête, les femmes s’abritent sous le pavillon du jardin Sapins et merveilles, juste à côté de l’église.

C’est là que trois destins se rencontrent : celui de Becky, Ti-Beu et Lulu. Elles font connaissance et en viennent à parler de leur grand amour. Becky dit : « Il était si vaillant, un grand entrepreneur, un amant formidable. Je ne l’oublierai jamais. » Ti-Beu déclare avec extase : « Et le mien, si vous aviez vu ses beaux yeux bleus! » Lulu enchaîne : « Mon amoureux chéri avait aussi les yeux bleus. » Becky déclare, larmoyante : « Le mien avait les yeux bleus tirant sur le gris. »

Soudain, l’orage éclate, les nuages crèvent à grand bruit, déversant des trombes d’eau tout autour du pavillon. Le vent se déchaîne et la rivière monte à vue d’œil. De crainte d’être englouties par l’eau, les trois dames courent vers la colline et gravissent l’escalier de pierres menant au cimetière. Une fois sur place, elles se réfugient sous les sapins.

– Je vais donc m’ennuyer de mon coco! », soupire Becky.

– Si seulement mon beau draveur était là, il nous protégerait », de rajouter Ti-Beu.

– Mon prince saurait quoi faire, lui », renchérit Lulu.

Elles entendent alors un fracas épouvantable : le pont est emporté par les eaux tumultueuses! Désemparées devant le déluge, elles comprennent qu’elles sont prisonnières, sans compter que les coyotes se rapprochent… Sans réfléchir, elles sautent dans la fosse fraîchement creusée et s’écrient d’une même voix : « Raoul! »

Becky, Ti-Beu et Lulu se dévisagent avec des yeux étonnés et, couvertes de boue, éclatent de rire devant le comique de la situation. Trois femmes, de trois villes différentes, venues rendre un dernier hommage au grand amour de leur vie, le seul et unique Raoul.

Ce texte a été écrit grâce à la supervision de Dominique Plourde et Rachel Rouleau le 15 août 2017 à East-Hereford. Les participants étaient inspirés du personnage de Thomas Van Dyke de La Voie des pionniers. Les auteures sont :

Danielle Beloin

Élody Bernier

Dynalie Boisvert

Nicole Bouchard                   

Diane Lauzon Rioux    

Joanne Leclair  

Eva Marchesseault

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s